Négoce des matières premières

La Suisse est depuis longtemps une place importante pour le négoce des matières premières au niveau mondial. Le secteur a connu un essor remarquable ces dix dernières années. En Suisse, il comprend non seulement des sociétés de négoce, mais aussi des banques spécialisées dans le financement de ce négoce, des sociétés d'inspection des marchandises, des compagnies maritimes et des compagnies d'assurance.

La Suisse poursuit son dialogue sur la politique des matières premières avec le secteur privé, la société civile et les cantons. Le SFI continue de s'impliquer dans ces questions au travers la plateforme interdépartementale, qu'il pilote en alternance avec le SECO et le DFAE. Le secteur des matières premières revêt toujours une grande importance pour l'économie suisse. Les recettes tirées du commerce de transit sont là pour le prouver puisqu'elles proviennent essentiellement de ce secteur. Selon une enquête de la Banque nationale suisse, ces recettes se montaient à 33 milliards de francs en 2018, soit à environ 4,8 % du PIB suisse. En raison des nombreux liens rattachant la branche des matières premières au secteur financier, la prospérité de cette branche est importante pour la place financière suisse. Les banques jouent par exemple un rôle central dans le financement du négoce des matières premières.

Le Conseil fédéral estime que la Suisse occupe une position favorable en comparaison internationale grâce aux efforts qu'elle a fournis pour assurer une place économique compétitive et intègre aux entreprises du secteur des matières premières. En novembre 2018, il a adopté un rapport qui fait état de la situation du secteur suisse des matières premières. Sur cette base, il a émis 16 recommandations visant à renforcer davantage l'attrait, la force d'innovation, l'intégrité et les pratiques responsables du hub suisse. Ces recommandations sont en cours de mise en oeuvre par les départements responsables. Un premier rapport, le rapport de base sur les matières premières, avait été publié en mars 2013. Il définissait l'approche du Conseil fédéral pour maintenir la compétitivité de la place suisse sur la scène internationale et pour aborder concrètement les risques auxquels les entreprises s'exposent, en raison de leurs activités, sur le plan des droits de l'homme, des normes sociales et environnementales, de la corruption et de la réputation.

Rohstoffhandel 2018 f

    

Informations complémentaires

Dernière modification 26.08.2019

Haut de la page

https://www.sif.admin.ch/content/sif/fr/home/finanzmarktpolitik/rohstoffhandel.html